1 2 3 4 5 6 7 8 9 ... 13
* : l’exposition active et l’exposition passive est pris ici au sens de fumeur actif / fumeur passif. En d’autre terme un individu est exposé activement à la substance si celui-ci utilise lui-même un produit contenant la substance. Un individu est exposé passivement si celui-ci n’utilise pas le produit mais fait parti d’un ménage composé d’un utilisateur.


Dostları ilə paylaş:

©2018 Учебные документы
Рады что Вы стали частью нашего образовательного сообщества.

D’après l’enquête par questionnaire auto-administré - Appel à propositions de recherche

səhifə6/13
tarix26.10.2017
ölçüsü0.66 Mb.

D’après l’enquête par questionnaire auto-administré


Le taux de réponse s’élève à 76 % (2 281 retours obtenus sur 3 000). 41 330 produits ont été inventoriés dont 10 604 sont des produits pesticides ménagers. Le nombre des produits pesticides ménagers varie de 1 à 37 avec une moyenne géométrique égale à 4,2. 81,8 % des ménages stockent au moins un produit pesticide ménager de type traitements des bois et textiles ou antiparasitaires dans les logements ou soins des animaux domestiques ou traitement des plantes d’intérieur ou traitement des jardins.

Un inventaire des substances actives a été réalisé auprès de 84,9 % des logements avec des pesticides ménagers. Dans certains cas, les manques d’informations ou les informations incomplètes délivrées dans le questionnaire ne permettent pas d’en déduire la composition des produits. 106 substances différentes classées en 32 familles chimiques, ont été répertoriées. Le nombre varie de 1 à 21 avec une moyenne géométrique égale à 3,0. Les produits majoritairement utilisés sont des insecticides (56,6 %) des herbicides et fongicides (33,2 %) et des molluscicides (6,0 %). Les substances majoritairement utilisées sont des inorganiques (55,4%) des pyréthrinoïdes (47,8 %) des phenylpyrazole (31,2 %) des phosphonoglycine (31,2 %) des végétales (25,3 %) des aldéhydes (15,3 %) des organophosphorés (13,2 %) et des azoles (12,5 %).

Le sexe semble jouer un rôle sur la liste des substances répertoriées dans les logements, pour certaines classes chimiques. La prévalence des phenylpyrazole est plus importante reportée par les femmes (p=0.009) et celle des phosphonoglycines, inorganiques, plus par les hommes (p=0.000).

En outre plusieurs déterminants expliquent la présence des substances dans les logements. Habiter dans un appartement induit un risque d’utiliser des pyréthrinoïdes (OR = 0,65, IC95% 0,46 – 0.92). Posséder un logement avec jardin où la présence des nuisibles (insectes) a été remarquée induit un risque d’utiliser des organophosphorés (OR = 1,64, IC95% 1,08 – 2,46) et des substances végétales (OR = 1,48, IC95% 1,01 – 2,16. Habiter dans une maison individuelle induit un risque d’utiliser des aldéhydes (OR = 7,03, IC95% 2,58 – 19,19) et des phosphonoglycines (OR = 11,55, IC95% 5,06 – 26,36). Habiter en zone à dominante urbaine induit un risque d’utiliser des azoles (OR = 0,72, IC95% 0,54 – 0,98). Posséder un jardin induit un risque d’utiliser des inorganiques (OR = 7,79, IC95% 4,88 – 12,43). La présence d’un animal domestique induit un risque d’utiliser des phenylpyrazole (OR = 12,19, IC95% 9,05 – 16,40).

Les fréquences d’usage (an-1) des substances varie selon leurs usages domestiques. En effet, les fréquences d’usage (an-1) sont de 1,57 (IC 95%, 1,41-1,75) pour les produits de traitement de bois et textiles, 1,97 (IC 95%, 1,79-2,17) pour les produits antiparasitaires des logements, 2,47 (IC 95%, 2,31-2,63) pour les produits de traitements du jardin, 2,84 (IC 95%, 2,60-3,10) pour les produits de traitement des plantes d’intérieur et 3,57 (IC 95%, 3,21-3,97) pour les produits de soins des animaux domestiques. La différence est significative (p=0,0001). En d’autre termes, pour les substances à usage non-spécifique telle que la bifenthrine, sa fréquence d’utilisation sera de l’ordre de 1,97 fois par an si elle est utilisée en tant qu’insecticide antiparasitaire des logements et de 2,47 fois par an si elle est utilisée en tant qu’insecticide pour le traitement des plantes dans les jardins.

Discussions


Les enquêtes respectives permettent de formuler plusieurs hypothèses quant à la représentation des risques et l’usage des pesticides ménagers :

  • La structure de représentation des risques de la population enquêtée est comparable au baromètre de l’opinion sur les risques, réalisé par l’IRSN en 2002. La population montre deux grandes préoccupations collectives : la pollution générale (qui est la préoccupation majeure) et les comportements individuels à risque pour la collectivité. Il s’agit d’une structure consolidée depuis les années 1990, selon l’IRSN. Ces enquêtes ont été réalisées 1,5 ans après les évènements de septembre 2001 et l’accident de l’usine chimique AZF à Toulouse. Or aucune modification n’est observable dans la hiérarchie des risques représentés.

  • Les pesticides ménagers ne constituent pas un risque majeur identifié, modifiant les pratiques, puisque les utilisations sont maîtrisables et maîtrisées selon les enquêtés.

  • Le nombre des produits pesticides ménagers est lié à la représentation générale des risques ou profils individuels (les « plutôt pessimistes » versus les « plutôt optimistes »). Dans le pool total des produits recensés, le nombre de produits pesticides ménagers est plus important chez les individus « optimistes » et beaucoup plus faible chez les individus « pessimistes ».

  • Les profils individuels dépendent des degrés de satisfaction vis à vis des informations reçues. Selon le CREDOC, les opinions proviennent de l’information reçue.

  • L’inventaire des produits réalisé par le questionnaire auto-administré est incomplet et est moins exhaustif, comparé à l’inventaire réalisé par l’enquêteur lui-même. En fait, les individus recensent en priorité les produits qu’ils ont utilisé eux-mêmes et récemment.

  • Les analyses des réponses au questionnaire auto-administré permettent de dresser les premières lignes de scénarios d’exposition. Trois scénarios sont envisageables. Ils sont présentés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 1 : description des scénarios d’exposition.



Scénarios



Groupes d’individus



Type de logement



Présence d’un jardin



Paramètres d’expositions



Nature chimique prédominante de l’exposition



Cibles de l’exposition active *



Cibles de l’exposition passive*



Fréquence de l’exposition (an-1)



Sc. N°1

Urbains

Appartement

Non

Pyréthrinoïdes, azole

Hommes, Femmes

Hommes, Femmes

De 1,97 à 2,84

Sc. N°2

Non urbains

Maison individuelle

Oui

Organophosphorés, aldéhyde, phosphonoglycine, inorganiques

Hommes

Femmes

2,47

Sc. N°3

Possesseurs d’animaux

Appartement ou maison individuelle

Oui ou non

Fipronil

Femmes

Hommes

3,57
?


elmi-redaktor-ryilr-35.html

elmi-redaktor-ryilr-4.html

elmi-redaktor-ryilr-44.html

elmi-redaktor-ryilr-49.html

elmi-redaktor-ryilr-53.html